Vous êtes ici : Accueil > Patrimoine - Tourisme > Historique

Formulaire de recherche

                        
Historique



Le relief de Vigeois a conditionné l'occupation humaine dès le néolithique. Les hommes s'installent sur des versants orientés sud/sud-ouest et participent à la transformation du paysage naturel en paysage apprivoisé. On rencontre dès le 3ème siècle avant JC une forme d'organisation avancée avec un habitat marqué au Mas du Puy mais également une forme certaine de hiérarchisation de la société avec la sépulture sous tumulus de Las Bordas. 

A la période gallo-romaine l'occupation du sol s'intensifie, en sont témoins les nombreux toponymes en -ac, ce suffixe signifie " domaine de ". Ces hameaux correspondent donc à des exploitations agricoles de dimensions variées. De plus, un mobilier archéologique diversifié (amphore vinaire, vase du 1er siècle ap. JC, tuiles à rebord) ainsi qu'une villa gallo-romaine avec foyer d'hypocauste et caldarium (Mas du Puy) témoignent de l'importance de Vigeois qui se confirme dès le Haut Moyen Age.

La présence d'une communauté religieuse est attestée dès le 6ème siècle et on attribue à St Yrieix (Aredius) la fondation de l'abbaye en 572. Celle-ci se nomme alors Vosia (nom de formation gauloise et il faudra attendre le 16ème siècle pour voir apparaître la forme Vigeas, forme moderne).
L'histoire de l'abbaye de Vigeois est celle d'un lieu qui vécut au plus près les difficultés de la période médiévale (nombreux pillages, attaques et main-mise par les seigneurs locaux, incendies). Toutefois, une organisation interne subsiste avec l'aide de l'abbaye St-Martial de Limoges, dès 1082. Vigeois possède une bibliothèque attestée au 12ème siècle, dénotant une certaine érudition à l'image du prieur de l'abbaye Geoffroy du Breuil, dit de Vigeois. Ce dernier rédigea sa chronique de 1170 à 1184, relatant les faits les plus marquants de l'histoire de son abbaye mais également de l'ensemble du Limousin. L'abbaye de Vigeois essaime de nombreuses dépendances en Limousin dont 3 sur sa propre paroisse : chapelle St Victor à Bleygeat, Chapelle Ste Marguerite à Hautefage, chapelle de Sioussac.

Vigeois est chef-lieu d'archiprêtré au Moyen Age, il s'agit donc d'un centre administratif et religieux nécessitant des aménagements sur son territoire. Un pont est construit sur la Vézère au 14ème siècle en contrebas du bourg (peut-être à l'emplacement d'un plus ancien). De plus, la Vézère est contrôlée à chaque franchissement de gué.

L'occupation castrale ne semble pas intense au Moyen Age et s'accélère plutôt pendant la période moderne. Les seigneurs de la Nauche, anoblis sous Louis XIV possèdent un château sur le village éponyme avec juridiction. Les Meyvières, famille noble d'Artois en Bretagne s'installent au château du Repaire et en agrandissent la tour principale. Durant cette période, l'abbaye connaît un relâchement de sa vie communautaire et sera rattachée à l'ordre des bénédictins Exempts de Guyenne en 1635 avant que l'Assemblée Constituante ne décide de sa fermeture en 1790.

La période contemporaine est à l'image de la révolution industrielle française. L'industrie des moulins se développe sur la Vézère en amont et en aval du pont. Cette proto-industrie connue à Vigeois dès le Moyen Age se transforme en véritable source de commerce et d'innovation. On connaît un fabricant de papier de couleurs au Moulin d'En Bas dès 1784, mais c'est au 19ème siècle que le Moulin d'En Haut devient, en 1865 une carderie et une scierie. Un autre moulin, celui du Jargassou fait partie des premières minoteries de la région en 1826 et se transforme en usine électrique dès 1909. Ce quartier dit du Jargassou a été totalement transformé par le chantier du chemin de fer (ligne Paris-Toulouse), chantier gigantesque qui dura de 1882 à 1892 et qui fit augmenter la population de Vigeois de façon significative. L'installation de la gare créa, au Jargassou, un nouveau quartier et un centre économique. Le 19ème siècle voit également en 1836, la fondation par Jean Commaignac de l' Hospice placé sous l'autorité des Sœurs de Sauveur qui y créèrent une école. La chapelle était dédiée à St Martin et Ste Jeanne. Cet hospice existe encore aujourd'hui dans le bourg.

Ce patrimoine est la fierté des habitants de Vigeois, héritiers de plusieurs siècles d'un des plus importants centres historiques du Bas Limousin.



          


  
                                                                         
 

  • Flux RSS
  • Imprimer

Informations

Vous souhaitez participer

Apporter vos contributions.

Identification adhérents

Créer un compte

Newsletter

Inscrivez-vous à la newsletter.

Formulaire d'inscription à la newsletter

Diaporama photos

  • Equipe municipale
  • Mairie de Vigeois
  • If Millénaire
  • Lac de Pontcharal

voir les autres photos